Cimetière de Loyasse

  Déjà, dés 1901, le Maître évoquait son départ. A ceux qui s’élevaient contre de tels propos, Il répondait :

« Au contraire, j’espère partir bientôt, mais je ne resterai pas longtemps. Je reviendrai ».

  En février 1903, il dit adieu à ses fidèles : « vous ne me verrez plus…. Je m’en vais où j’ai à faire ….»

 

Mais le départ de Victoire en août 1904 l’a complètement anéanti. Le Maître souffre d’étouffements, et de violentes douleurs au cœur. En février 1905, il reste au Clos Landar et ne quitte plus l’Arbresle. Ses forces l’abandonnent. Sédir et Alice, son épouse, le visitent par deux fois : « Alice et moi l’avons vu à l’Arbresle pour la dernière fois. Il s’est levé à grand’ peine à notre encontre, voûté, le teint terreux, la barbe longue. Il a plaisanté son vieux loup (Sédir) et embrassé les mains d’Alice. Il a supporté pendant tout ce temps des souffrances atroces…. »

Ses dernières semaines sont particulièrement douloureuses. Il ne peut plus s’étendre. Il passe les nuits dans son fauteuil. Le 2 août, profitant de l’inattention de son épouse, il se lève, fait quelques pas et s’écroule.

Après une cérémonie religieuse en l’église de l’Arbresle, puis ensuite en l’église Saint Paul de Lyon, son corps est conduit au Cimetière de Loyasse, situé dans le quartier de la Basilique de Fourvière à Lyon, où il repose à côté de Victoire. Sa tombe est toujours fleurie, et nombreux sont ceux qui viennent s’y recueillir. Il est un jour particulier de l’année cependant où tous ceux qui L’aiment, se retrouvent encore pour Le fêter et L’honorer : le Dimanche des Rameaux, jour où de son vivant, tous ses amis, tous les humbles, les souffrants se réunissaient autour de lui pour le remercier de son aide et de ses interventions auprès du Ciel.

Et même le jour de ses funérailles, Il montre encore l’étendue de son pouvoir, Lui qui pouvait intervenir sur les éléments et les événements. En effet, Marie Knapp, une proche, apprend le décès du Maître.

Surprise, elle répond :

    « Mais je L’ai vu ce matin passer sous ma fenêtre. Je lui ai crié d’entrer et il m’a répondu :

  -je n’ai pas le temps, il faut que j’aille à mon enterrement.

  Je ne me suis pas inquiétée outre mesure, j’ai cru à une plaisanterie ….. »

Photos de la tombe du Maitre au cimetière de Loyasse à Lyon (clichés datant de 2009 et 2010)

Tous droits reservés - Association Maitre Philippe 2018

Association Maitre Philippe

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player